Les entrepôts robotisés vont-ils réduire les emplois ?

Les robots d’entreposage ne sont qu’une forme d’automatisation des entrepôts, mais ils ont un impact considérable. L’essor du commerce électronique a alimenté la nécessité pour les entrepôts d‘accélérer les opérations logistiques et de rationaliser les processus de gestion de la chaîne d’approvisionnement. Ce qui a entraîné une transformation des opérations d’entreposage et la nécessité de disposer d’entrepôts plus intelligents.

Alors qu’autrefois, dans un entrepôt typique, les travailleurs couraient d’allée en allée, approvisionnaient manuellement les étagères, triaient les articles et remplissaient des papiers pour assurer une gestion précise des stocks. Aujourd’hui, l’utilisation d’outils d’intelligence artificielle (IA), de robots, de scanners et d’imprimantes RFID (technologie d’identification par radiofréquence), de drones de livraison automatisés et de véhicules à conduite autonome a révolutionné le fonctionnement des entrepôts.

Robots

L’industrie de l’entreposage

Le secteur de l’entreposage se concentre sur le stockage et la circulation des marchandises physiques. Il s’agit notamment de recevoir et de trier les envois, de les emballer et de les distribuer aux magasins de détail ou aux consommateurs. Ce secteur emploie des millions de travailleurs, un chiffre en constante augmentation ces dernières années, en grande partie en raison de l’augmentation de la demande en matière de commerce électronique, notamment à l’ère du COVID-19. Le Bureau américain des statistiques du travail prévoit que l’emploi dans ce secteur continuera de croître de plus de 20 % d’ici 2026.

Malgré l’essor du commerce électronique, les travailleurs des entrepôts ont vu leurs salaires baisser depuis 2001, le salaire horaire médian actuel se situant entre 13 et 17 dollars de l’heure environ. Même si les travailleurs de ce secteur sont deux fois plus susceptibles de subir un accident du travail, les gains de l’essor ne sont pas partagés avec le personnel des entrepôts.

«Tout évolue à un rythme plus rapide grâce à Amazon». Amazon a dit : « Nous pouvons vous offrir quelque chose en deux jours, peut-être un jour, peut-être même plus vite ». Cela met la pression sur tout le monde pour qu’il soit performant. au même niveau. ». Cette pression ne fera probablement que s’intensifier maintenant qu’Amazon a introduit la livraison gratuite en un jour, même pour les articles à bas prix, pour ses membres Prime.

La contraintes des progrès technologiques

Si les nouvelles technologies peuvent faciliter la vie des employés d’entrepôt, elles peuvent aussi l’intensifier de plusieurs façons. Premièrement, elle limite les interactions humaines. Deuxièmement, elles favorisent un climat de micro gestion à une échelle sans précédent et parfois ridicule. En effet, certaines nouvelles machines peuvent suivre et analyser les moindres gestes d’un travailleur.

Comme des capteurs capables de mesurer le temps qu’il faut à un travailleur pour arriver à un endroit, collecter un article, le scanner, sélectionner un produit et le répartir dans un bac de tri. Ces capteurs sont reliés à des systèmes de gestion d’entrepôt qui analysent et renseignent sur les performances d’un travailleur et les comparent à celles de ses collègues, ce qui permet de fixer des objectifs de performance encore plus ambitieux.

Tout cela peut augmenter la productivité à court terme, mais risque fort d’épuiser les travailleurs à terme. Les gains de productivité et de réduction des coûts pourraient être annulés par une augmentation de la rotation du personnel due à l’épuisement professionnel. Il y a aussi la question de la confidentialité des données et de l’éthique de la collecte et de l’utilisation de ces données. D’autant plus que le fait qu’elles soient transmises à l’IA derrière l’automatisation des entrepôts pourrait signifier que ces travailleurs informent et forment involontairement leurs propres remplaçants.

L’avenir des employés d’entrepôt

Pour la majorité des entrepôts, elle se situera quelque part entre les deux extrêmes. Y aura-t-il des pertes d’emplois ? Oui, à terme. Mais, dans un avenir prévisible, l’automatisation de l’entreposage n’est pas axée sur les robots qui prennent le relais de leurs prédécesseurs humains. Il s’agit plutôt de savoir comment l’automatisation, tant au niveau des logiciels que du matériel contribuera à renforcer les capacités du personnel de l’entrepôt.

La domination totale des robots dans l’entrepôt est loin d’être acquise. L’entrepôt passe du statut de centre de coûts à celui de « centre de croissance ». Le multicanal, l’omni-canal, le commerce électronique, la diversification : toutes ces évolutions transforment l’entrepôt terne en un environnement dynamique. Les marchandises sont constamment en mouvement. C’est là que l’automatisation peut s’avérer incroyablement utile.

L’utilisation de l’automatisation augmente, tout comme la dépendance à l’égard de données précises. Les professionnels de la logistique ont de plus en plus besoin de comprendre et de manipuler des données complexes. Les opérations logistiques recherchent de plus en plus les compétences clés des environnements de la chaîne d’approvisionnement et de la fabrication. Les robots sont là pour rester, mais pour l’instant, les travailleurs d’entrepôt ne deviendront pas obsolètes. Ils auront en fait de plus grandes possibilités d’emploi s’ils sont prêts à évoluer avec le temps.

Pour conclure

Alors que les robots prennent en charge les aspects monotones du travail, les employés des entrepôts ont la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences qui pourraient conduire à un emploi mieux rémunéré.

Par exemple, apprendre à gérer et à entretenir un robot d’entrepôt dans l’usine pourrait se traduire par un cheminement de carrière plus sûr que la main-d’œuvre physique dans l’entrepôt. Cela pourrait les protéger du risque de devenir redondants pour des raisons physiques et pourrait également leur permettre de se déplacer dans des domaines plus stimulants que des tâches répétitives et banales.

Si vous voulez en savoir plus sur les entrepôts et la logistique. Vous pouvez nous suivre sur LinkedInYouTubeTwitter, ou Facebook. Si vous avez d’autres questions ou suggestions, n’hésitez pas à nous contacter ici. Nous serons heureux de vous entendre.  –

Découvrez la logistique : 

Supply chain magazine
FAQ LOGISTIQUE
STRATEGIE LOGISTIQUE
QUORA